"J'ai choisi une vie de liberté" Mylène Farmer dans Gala

24 Décembre 2013 à 10:16 - Erwan - aucun commentaire - interview Timeless 2013

Mylène Farmer donne une interview dans le magasine Gala à paraitre aujourd'hui, 24 décembre 2013. Six pages lui sont consacrées ainsi que des photos inédites signées Nathalie Delépine.

Voici un extrait de l'interview :

Gala : Vous venez d’achever votre tournée Timeless 2013. Revenir à la vie normale se révèle-t-il plus vertigineux que de se lancer dans une pareille aventure ?
Mylène Farmer : La fin d’une tournée est toujours un moment extrêmement brutal. C’est un peu comme la fin d'un voyage astral, il faut réintégrer son corps. Le choc est à la mesure des émotions partagées avec le public... Mais aussi avec les musiciens, les danseurs, les équipes, les proches… Il faut du temps pour reprendre le rythme du quotidien. Pour autant, je suis consciente de ne pas vivre une vie tout à fait « normale ». Le mot qui me vient à l’esprit, c’est « réapprivoiser » le temps, justement. On ne s’habitue jamais à une telle charge d’émotion. Pendant une tournée, le corps et l’esprit déploient des trésors d’ingéniosité pour trouver la force. A présent, le moment est venu pour moi de lâcher prise... Et ce n’est pas simple...

Gala : Le sentiment de solitude, à la fin d’une tournée, est donc plus une peine qu’un besoin ?
Mylène Farmer : Ce n’est ni une peine, ni un besoin, mais une réalité. Après le dernier spectacle, il faut accepter de ne plus avoir rendez-vous avec des milliers de personnes. C'est ainsi. Mais l'éphémère rend aussi la scène magique et les échanges avec le public exceptionnels. Le sentiment de solitude qui s'en suit est le prix à payer.

Gala : Vous avez pris les routes de France, de Belgique, de Suisse et même de Russie. Le dépaysement, la remise en question de vos habitudes parisiennes : cela vous demande-t-il un effort ou est-ce une attente ?
M.F. : J’aime l'idée de rendez-vous. Aller au devant des autres avec sincérité et être reçue de cette façon si extraordinaire... C’est un bonheur et une chance. Je suppose que, comme tout le monde, j’ai des habitudes, mais ce n’est vraiment pas ma spécialité. Je m'ennuie vite. La normalité me fait peur.

Les commentaires

Ajouter un commentaire
(recopiez le nombre ci-contre)

Vous n'êtes pas connecté, cliquer ici pour vous connecter.
Sinon vous pouvez laisser un commentaire de manière anonyme.

Aucun commentaire... Soyez le premier à commenter !